Choisir ses combats.

La semaine dernière, je lisais dans un bulletin d’Info-Presse, un article sur la compagnie Meubles South Shore qui a utilisé le service en ligne des graphistes du site 99designs afin de se procurer un nouveau logo.
« Le fonctionnement de ce site de création de logos est simple: l’entreprise doit afficher le montant qu’elle désire dépenser et les grandes lignes de ce qu’elle recherche. Des designers lui proposent ensuite des logos, auxquels elle donne des notes d’appréciation, ce qui permet aux designers de réagir, et ainsi de suite, jusqu’à ce que l’entreprise fasse son choix. Le tout peut se dérouler très rapidement, en quelques jours seulement, et à peu de frais, habituellement de 100 $ à 600 $… » disait l’article.
Le sujet a eu l’effet d’une bombe sur la communauté des graphistes québécois : peu sont restés sans opinion sur le sujet.La Société des designers graphiques du Québec (SDGQ) a vivement réagi à propos de ce billet, sur son blogue :
« Vous connaissez sûrement la position de la SDGQ au sujet du travail spéculatif. Nous avons officiellement pris position contre le travail spéculatif non rémunéré en établissant un code de déontologie. Plusieurs autres associations (GDC, RGD et AIGA) se sont aussi prononcées sur les pratiques de déontologie sur ce sujet, dont le percutant no!spec.  Nous avons déjà eu plusieurs montées de lait au sujet d’organisateurs de concours peu scrupuleux et nous ne cessons de réclamer des pratiques respectueuses de notre statut professionnel.  Malheureusement, des services de design en ligne comme, 99designs ou Crowdspring, nous force à constater que ces mauvaises pratiques sont tenaces… »
Comme la SDGQ, je ne suis pas non plus un partisan du travail spéculatif, mais pas nécessairement pour les mêmes raisons. Je pense que demander à plusieurs agences de soumettre des idées ou des maquettes sans être rémunéré n’est pas une pratique très honnête. On voit d’ailleurs ce type de demande uniquement dans ma sphère d’activité. On ne demandera jamais à un avocat ou un comptable de lancer quelques idées sans honoraires afin de comparer leurs valeurs aux autres. On ne verra jamais, non plus, des architectes élaborer des plans sans revenus garantis. Je n’ai pas de problème à répondre à des demandes de prix, je considère cela normal. Mais livrer des idées pour rien, ça ne me revient pas trop. Engagez-moi et des idées vous en aurez une tonne.
Un autre combat inutile est le débat sur la venue du consultant Clotaire Rapaille à Québec. Je respecte beaucoup ce que ce bonhomme a réalisé dans le passé, j’ai lu 2 de ses livres et je l’ai trouvé pertinent et intéressant, mais avant tout original dans son approche. Encore ici, je ne comprends pas le bashing que l’on fait sur lui. J’ai lu deux ou trois articles dans des quotidiens qui m’ont fait sursauter : a) nous, les firmes du Québec, serions en mesure de répondre à ce mandat – 1-) je suis d’accord et pas. Avoir un oeil extérieur quand on veut des clients d’ailleurs, ce n’est pas mauvais. 2-) Pourquoi applaudissons-nous l’agence Sid Lee qui vend des concepts à Paris ou Amsterdam, mais sommes outrés de voir débarquer Rapaille à Québec… La mondialisation, ce n’est pas à sens unique. 3-) De plus, ça me fait rigoler comme professionnel de Com vivant en région, de voir la fuite d’un mandat intéressant à l’étranger : nous vivons ça très souvent quand des dossiers fuient notre région pour Montréal ou Québec – comme quoi, la réalité de chacun est ressemblante… b-) pourquoi ne pas laisser la chance au coureur? On fait des parodies, on rit de ses lunettes noires, on diminue ses réalisations… je trouve ça cheap et plutôt facile. La jalousie n’est jamais bonne conseillère. c-) 300,000 $ pour des honoraires, c’est ÉNNNOOORME. Baaaah. Ce qui est ordinaire, c’est de verser des honoraires et de ne rien recevoir ou d’être mal servi. Pour un mandat d’une telle envergure, ça ne me semble pas exagéré. Quand on compare ce budget à bien d’autres honoraires professionnels qu’ils soient judiciaires ou comptables, ce n’est pas démesuré. Je trouve même ça intéressant, la notion de payer le gros prix pour des idées.
Je considère que sortir dans la rue ou dans un blogue ou un journal pour ce genre de connerie, cela ne donne rien. Choisissez vos combats que diable! Une compagnie qui décide de se payer un logo à 300 $ ne viendrait jamais me voir de toute façon. Pourquoi m’occuper de ça? C’est inutile. Même si je sors dans la rue avec ma pancarte (bien designée, nous sommes graphistes quand même…) le client qui cherche ce genre de deal ne paiera jamais pour mes services. C’est un con? Non. Fauché? Peut-être. Raison de plus pour ne pas lui en vouloir… Si une entreprise aime mieux se payer un site internet déjà monté en kit, why not? Ça m’enlève de quoi à moi? Ça me rend moins professionnel? Non. Ça ne m’enlève rien. Y aura toujours des clients qui auront besoin du genre de service que je donne. L’idée de forcer quelqu’un à travailler avec moi, de quelques manières que ce soit, me répugne. Je veux avant tout être choisi pour mes idées, pas pour mes petites factures (j’en ai déjà parlé ici).
Si vous avez le goût de vous battre pour des idées ou des grandes causes, je connais plein d’organismes à but non lucratif qui se cherchent des boîtes créatives pour leur produire de super campagnes. Ça, ce sont des causes pour lesquelles se battre vaut la peine…

6 commentaires

  • Il y a d’autres industries où on demande des “essais” sans rémunération: la traduction et la rédaction.

    Depuis que des sites comme proz.com existent, qui permettent de trouver des contrats mais qui rabaissent aussi le niveau de qualité car les prestataires acceptent des taux horaire ou au mot dérisoires, on m’a souvent demandé de faire des essais.

    C’est à nous de dire non, mais comme certains n’y voient que la piasse qu’ils dépensent ou pas, ils choisissent souvent le moins cher, ce qui n’est pas gage de qualité, j’en conviens.

    Pas toujours facile de dire non à un client potentiel…

  • Autant de catégories que de boxeurs ! Le plus dur est peut-être d’identifier la sienne… Et pour bien travailler sa gauche, oublier le ring des autres ? 😉

  • Je ne vois pas pourquoi les gens capotent sur des sites de crowdsourcing. Si il y a des graphistes qui sont prêts à tenter leur chance et possiblement ne pas être payé, il a sa place. Si ça serait si terrible, il n’y aurait aucun designer là-dessus.

  • @ Christian
    Bon point soulevé. Le fait de refuser de baisser des tarifs peut se solder par la perte du client. Surtout si à valeur égale, ton concurrent, lui, accepte de réduire les siens. Raison de plus pour que la valeur ajoutée de ton expertise ne se situe pas au niveau des honoraires… Pas facile dans un milieu compétitif, mais quand même la meilleure façon de s’en sortir.

    @ Nicolas
    Je suis d’accord avec toi sur le fait que personne ne force personne à « donner » son talent sur ces sites. Je ne crois pas que tu puisses bâtir une carrière et une crédibilité non plus. Gagner quelques sous? Peut-être. Mais à quel prix?

  • 9 février 2010 at 10:55 //

    Je viens de découvrir ton blog et j’adore!
    C’est génial de voir la perspective de d’autres gens du milieu qui peuvent répondre à certaines de mes incertitudes.
    Comme je suis toute nouvelle dans le domaine au Saguenay, je ne connais pas tous les artisans du milieu et c’est toujours bien de savoir ce qu’ils pensent.

    Pour ce qui est des sites comme 99designs, je crois que bien qu’on ne peut se faire une carrière, c’est un concept intéressant pour des étudiants qui n’ont pas nécessairement le temps d’avoir un emploi, ni l’expérience pour s’en trouver un, mais qui veulent bien avoir de quoi montrer dans leur portfolio et peut-être même se faire un peu de sous. J’ai rien contre. Mais ça s’arrête là.

  • @ Jennilie
    Bienvenue et merci pour le compliment. Bon point pour les étudiants, je n’avais pas vu le côté développement de porte-folio comme une avenue pour le site 99designs. À mon humble avis, il n’y a pas de débat, chacun peut faire ce qu’il veut de son talent. Le donner ou le faire reconnaître. Du côté des clients, je dirais que si celui-ci préfère prendre son logo sur ce genre de site plutôt que chez moi, je devrais me poser des questions par rapport à la valeur de mon expertise… et non sur celle des autres.

Laisser un commentaire