crónicas de barcelona – parte tres

p1010468Le vin est bon pour le coeur, mais le coeur du vigneron est encore meilleur.
Quelle journée! Lundi, nous étions attendus à Vilafranca del Penedès pour une visite privée du vignoble de Parés Baltà. Carl et sa copine Nathalie de l’International Café de Chicoutimi avaient organisé la rencontre pour nous. Arrivés à la gare, nous attendions patiemment la personne qui devait venir nous chercher. Quelle ne fût pas notre surprise en voyant arriver le 4×4 de voir que c’était le propriétaire en personne, Mr Joan Cusiné Cusiné, qui nous cueillait à la gare. Direction Sant Pau d’Ordal, pour casser la croûte chez Cal Xim, histoire de faire connaissance un peu plus. Au menu : anchois, pan con tomate, légumes grillés, ravioli de morilles, thon et deux bonnes bouteilles de Blanca, un cava nommé ainsi en l’honneur d’une des petites filles de notre sympathique hôte. De l’espagnol à l’anglais, en passant par le français et un peu de catalan, la discussion était autant rafraîchissante que notre goûter. Autant nous étions intimidés de rencontrer un tel monsieur, autant celui-ci nous mettait à l’aise en nous racontant son métier, en nous expliquant les valeurs auxquelles lui et sa famille adhèrent depuis des décennies (voire des siècles – le vignoble datant de 1790!). Je n’aurais pas visité une seule vigne et avalé une seule goutte que ma rencontre aurait déjà été complète à simplement écouter ce grand monsieur parler avec fierté de ses enfants, de son travail, mais encore plus de la façon dont il le fait : avec un respect de la terre et des personnes qui l’entourent. De le voir nous expliquer comment frotter l’ail sur notre pain, de nous demander d’ajouter un peu plus de son huile d’olive sur celui-ci, de nous parler de bouffe et du bien être que le vin pris avec modération apporte valait à lui seul le voyage. Après ce succulent repas, nous prîmes la route vers la montagne où habitent presque toutes ses vignes. Le décor était à couper le souffle! En nous expliquant le fonctionnement d’une vigne, Mr Cusiné nous a raconté les cinq éléments primordiaux à la réussite d’un vin : le climat, celui du Penedès est exceptionnel; la terre, la sienne est 100% organique, sans aucun agent chimique, engraissée naturellement par son cheptel de mouton (que nous avons d’ailleurs aperçu traverser la route…); la proximité de la mer, qui assure une humidité qui permet la photosynthèse; le dévouement de ses jardiniers qui travaillent la terre (il fallait le voir s’arrêter tout au long de notre parcours afin de parler à chacun d’eux, avec une attention particulière (allant même à s’excuser de nous faire patienter !) – dans l’auto, il m’a réaffirmé, à quel point ces gens sont importants pour lui…); et, bien sûr, le savoir-faire. Il était inutile d’ajouter le sixième élément qu’est la passion puisque tout au long de notre visite, c’est ce que nous ressentions en buvant… ses paroles. Après nous avoir montré tous les cépages, il nous a grimpé au plus haut des sommets pour que nous puissions avoir une idée plus large de la superbe vallée du Penedès. Retour, tard en fin de journée, pour jeter au coup d’oeil à la cave et déguster cinq vins pour nous donner une idée de la qualité de ceux-ci. Vous dire à quel point nous avons apprécié cette rencontre. Outre le simple fait d’avoir fait une visite instructive, d’avoir eu le privilège de parler avec ce grand monsieur sera selon moi le point culminant de ce voyage. Je parle souvent de bouffe, sur ce blogue. J’adore les artisans qui nous permettent de bien manger, de bien boire, de bien vivre, quoi. Ces gens ont souvent les plus belles valeurs qu’une personne peut avoir : intégrité, passion et respect. Aujourd’hui, cet homme très occupé (on s’en doute!), n’a pas passé huit heures de son précieux temps avec un client, un important importateur de vin ou un grand restaurateur; non, il les a passé avec deux étrangers pour le plaisir de leur faire découvrir sa passion. Je ne pense pas oublier ce grand monsieur de si tôt. Merci M. Joan.

Excès de bagage 2.0

Encore tombé sur une autre librairie spécialisée. Ouin. Et une valise de vin. Rien de moins.

Fête des Pères et Segrada Familia

La semaine passée alors que nous visitions la Segrada Familia, j’ai eu un moment où j’ai eu un flou dans mes lunettes. En regardant les hommes travailler à monter encore ce projet fou de Gaudi, mes pensées sont allées directement vers toi. Tu aurais adoré voir ces hommes travailler. Les voir lisser le ciment. Les voir travailler de leurs mains. Ça t’aurait plu tout ça. Tu avais adoré l’Espagne, et depuis les événements de 2001, tu ne voulais plus voler… par peur. C’est ironique et futile, aujourd’hui, tu ne trouves pas? Quand je suis sur une terrasse, à prendre une coupe de vin, et que je vois passer une jolie Espagnole, je comprends pourquoi tu avais autant aimé ton séjour ici… Bonne Fête de là-haut.

Billets que vous pourriez aimer

5 commentaires

  • Tout simplement « WOW »!

    En lisant, je me disais: « Qu’il est chanceux! » Mais rendu au dernier point de la dernière ligne, je me suis rappelé nos conversations et me suis dis que chacun fait sa chance…

    Un gros merci de nous partager tout ça. Ça fait tellement de bien d’entendre parler d’ailleurs dans tes termes!

    *Remarque que j’aurais pas détesté voir une photo de la jolie Espagnole du point de vue de la terrasse 😉

  • 23 juin 2009 at 8:18 //

    quelle belle rencontre tu nous décrit ; la générosité de ce monsieur prouve hors de tout doute qu’il n’y a pas que des relations commerciales dans le monde . Il y a aussi les trippeux ;dans quelque domaine que ce soit ; à quelque niveau que ce soit…

  • 24 juin 2009 at 18:15 //

    C’est fou, plus on s’éloigne de nos proches, plus on se sens proche de ceux qui sont partis.

Laisser un commentaire